Résif-RAP – Réseau accélérométrique permanent

La France est un pays où se produisent parfois des séismes destructeurs occasionnant des dégâts importants, y compris en métropole (50 M€ pour le séisme du Teil en novembre 2019). L’objectif du Réseau accélérométrique permanent (RAP) de l’infrastructure de recherche Résif est de mettre en place et maintenir un réseau de stations pour enregistrer les mouvements forts du sol en cas de séisme, de constituer une base de données accessibles à tous, de favoriser les synergies entre les différents acteurs impliqués dans l’analyse de l’aléa et du risque sismique.

La surveillance accélérométrique s’opère en France hexagonale et outre-mer. Le Résif-Rap a installé ses stations dans les régions de sismicité relativement importante où le risque est le plus élevé (Antilles, Alpes, Provence et Pyrénées), mais également dans les régions où les taux de sismicité sont plus modestes bien que non négligeables (Fossé Rhénan, Ardennes, Massif Armoricain, Massif Central, Mayotte). L’un des enjeux est d’installer les stations au plus proche des sources sismiques pour y enregistrer le mouvement fort à courte distance (idéalement à moins de 20 km). Le Résif-Rap vise également à installer ses stations dans des lieux sensibles au risque sismique : sites particuliers où des phénomènes d’amplification des ondes sismiques sont attendus, et zones urbaines à forts enjeux humains, économiques ou environnementaux.

Caractérisation des conditions de site près de la station sismologique Résif-Rap CGLR au pied de la montagne Pelée en Martinique le 13 mars 2020

Caractérisation des conditions de site près de la station sismologique Résif-Rap CGLR au pied de la montagne Pelée en Martinique le 13 mars 2020​ © Emeline Maufroy, ISTerre – hal-03203786

Résif en 240 secondes

Plaquette Résif 

Carte du réseau

Carte du réseau Résif-RAP